VARIA
Série I, n°3
2002

Résumés des articles


SYLVIANE BIDAL  -  Les paradoxes de la relativité  [Article.pdf]

Par la lecture des principales questions soulevées et les réponses apportées par les deux paradoxes les plus connus issus de la théorie de la relativité, nous nous proposons, dans ce qui suit, de répondre à la question suivante. Le paradoxe des jumeaux et le paradoxe d'Ehrenfest mettent-ils en valeur, comme c'était leur vocation première, une contradiction entre les conséquences immédiates de la théorie de la relativité et le principe de relativité ?

MICHEL BLAY Le souci métaphysique de l'infini dans la construction de la science classique  [Article.pdf]

On ne peut étudier le XVIIe siècle et en particulier les premiers développements de la science classique en y appliquant simplement nos modernes grilles de lecture. En effet, comme nous le montrons dans cet article en nous attachant à l'étude du concept d'infini, il importe, non pas de le concevoir comme un concept des mathématiques, ou de la science du mouvement ou bien de la théologie, etc., mais comme un lieu conceptuel où dialogue une multiplicité des thématiques avant que n'émergent effectivement, au XVIIIe siècle, nos modernes champs disciplinaires.

PIERRE CASSOU-NOGUES  -  Le programme de Gödel et la subjectivité mathématicienne  [Article.pdf]

Le but de cet article est de mettre en évidence un programme gëdelien, faisant suite au programme formaliste. Les théorèmes de 1931, sur l'incomplétude de l'arithmétique élémentaire, marquent l'échec du programme formaliste, tel que Hilbert l'a formulé. Pourtant, Gôdel reprend les objectifs hilbertiens: établir le fondement et donner une représentation rationaliste des mathématiques. Ainsi, le logicien lance un véritable programme. Mais, alors que Hilbert entendait éliminer les arguments épistémologiques et transformer le problème du fondement des mathématiques en un exercice mathématique, le programme gëdelien passe par une analyse de la subjectivité mathématicienne. Nous distinguons deux modèles de la subjectivité mathématicienne dans ce que nous appelons le programme gôdelien.

MARCEL GRANDIÈRE  -  Le débat sur l'éducation en France au XVIIIe siècle  [Article.pdf]

Le XVIIIe siècle est passionné d'éducation et de pédagogie. Certes le sujet bénéficie de l'ouverture d'un espace public où se débattent les grandes questions du royaume, mais il révèle surtout des remises en cause d'une importance considérable. Le siècle s'est mis à l'école de Newton et de Locke, la méthode de l'expérience est partout sollicitée, de même que la nouvelle métaphysique. Le point de vue de la société civile tente de s'imposer dans le domaine éducatif. Saisir ces évolutions, et les blocages qu'elles entraînent, donne un moyen d'observation privilégié sur le siècle qui précède la Révolution et les processus de transformation au coeur d'une société.

MICHEL SPIESSER  -  Nobel et les prix Nobel  [Article.pdf]

2001 est l'année du centenaire de l'attribution des prix Nobel. C'est en effet en 1901 que ces prix ont été attribués pour la première fois. Quelle est l'origine de ce prix international qui couvre à la fois la physique, la chimie, la physiologie et la médecine, la littérature et la paix. Ce genre de prix est tout à fait inhabituel, les prix sont en général très spécifiques et créés en souvenir de personnalités marquantes de la discipline ou au nom d'institutions qui les financent. Ils sont le plus souvent nationaux. Certains sont internationaux comme le prix Pulitzer pour le journalisme, la médaille Fields pour les mathématiques et le prix Pritzker pour l'architecture. La connaissance de certains éléments de la vie d'Alfred Nobel (1833-1896) peut nous aider à comprendre l'histoire de ce prix.
Date de parution : 3 mars 2003
Date de publication en ligne : juillet 2017
ISSN 1297-9112 / ISBN 978-2-86939-191-9
Version papier disponible